Origines du baccara

Le baccara - ou baccarat - est un jeu de cartes au casino qui a été rendu célébre par le film Dr.No, le premier opus de James Bond.

La première référence au jeu de baccara provient de l’ouvrage du poète Joseph Méry, L’arbitre des jeux, paru en 1947. Dans ce livre, l’auteur présente ce nouveau jeu dans sa forme la plus simple et nous apprend qu’il est provient du midi de la France. Dans cette version, les figures comptaient alors pour dix.

Joseph Méry, qui était Marseillais, fait la remarque étymologique suivante : bacarrat (« B carré » littéralement) est un terme provençal signifiant en français « bécarre », ou « réduit à zéro ». Ainsi, « Faire baccara », c’est faire faillite. L’origine méridionale du baccara(t) est donc particulièrement plausible. Un autre jeu très similaire pourrait néanmoins l’avoir précédé : le macao, où le nombre à atteindre est aussi neuf. Ce jeu de cartes qui apparait vers 1775 en Europe et se répand alors rapidement. Mais celui-ci se joue avec une seule carte initiale et non deux. Le macao a disparu depuis au XIXème siècle.

Le jeu du baccara se répand quant à lui rapidement et n’est pas encore considéré comme un jeu de hasard par la justice. Ainsi à Bordeaux, un tribunal déclare ne rien avoir à reprocher à un Cercle de la philologie qui pratique ouvertement le baccarat (ici, avec un t). Jugement cassé par la cour de cassation et qui déclare en 1855 que le baccara est un jeu de hasard et que les joueurs tombent sous le coup de la loi. Néanmoins, cela n’empêchera pas le développement de ce jeu via les progrès du thermalisme et des casinos que les villes thermales construisent à partir des années 1860. Des cercles très privés s’organisent où une bourgeoisie enrichie sous le second Empire joue au baccara qui prend sa forme actuelle.

Quand les casinos, devenus entre-temps d’authentiques maisons de jeux de hasard, seront légalisés en 1907, le baccara en deviendra l’une des attractions.