Les casinos de Las Vegas subissent aussi la crise financière internationale

La crise économique mondiale fait beaucoup de mal aux casinos français. Ils ne sont pas les seuls. En effet, Las Vegas ou Sin City, la ville du pêché plantée en plein coeur du désert du Nevada, n’est pas non plus épargnée. Les chiffres d’affaire ont dégringolé, de nombreux projets de constructions sont reportés et les joueurs ne se bousculent pas à l’entrée des casinos. Selon les spécialistes, la situation délicate dans laquelle se trouve actuellement Las Vegas est la pire de son histoire.

Un bilan désastreux en quelques chiffres

La crise ne touche pas seulement les casinos mais aussi le tourisme. La fréquentation des ressorts du fameux Strip est en baisse de 10% en septembre, par rapport à l’an dernier. Pour endiguer cette désaffection, les hôtels ont diminué leur prix de 20% mais rien n’y fait, les touristes ne reviennent pas. Les casinos quant à eux perdent 5,2 % de leur chiffre d’affaire comparé à celui de l’année dernière. Voici quelques exemples de chute exceptionnelle du cours de la bourse de certains groupes d’établissement de jeu d’argent : l’action de Las Vegas Sands (LVS) a perdu 95% de sa valeur, le cours du Boyd Gaming a chuté de 90%, l’action de MGM Mirage a baissé de 88% et enfin l’action de Wynn Resorts se porte bien mieux puisqu’il a perdu seulement 71% de sa valeur.

Une crise soudaine

Les 6 premiers mois de 2008 ont connus une baisse de fréquentation des casinos mais ce n’était pas catastrophique. C’est à partir de juillet que la crise s’est insinuée. Puis, peu à peu, elle s’est installée durement pour déboucher sur un moi de septembre catastrophique. Le jeu ne représente que 40 % des revenus des hôtels casinos. Ils tirent le reste de leur bénéfice des chambres d’hôtels, des restaurants, des spectacles et des magasins. Au début des années 90, la santé financière des complexes de jeu n’était pas au beau fixe mais la part hors casino représentait 42% alors qu’aujourd’hui elle atteint 60%.

De nombreux projets repoussés à plus tard

A Macao, le Las Vegas Sands a du retarder, faute de moyen, la construction d’un hôtel et de trois casinos. Ce n’est pas le seul de leur projet touché, un autre en Pennsylvannie a été stoppé. De même le groupe Boyd Gaming a du suspendre, pour au moins un an, la création d’un casino, le Echelon, qui devait coûter aux alentours de 5 milliards de dollars. Enfin, le groupe MGM a du, lui aussi, différer l’édification d’un établissement de jeu d’argent à Macao. En effet, ces casinos du Strip se porte mal. 8% du personnel a été licencié. De plus, il a dernièrement achevé la construction de cinq immenses bâtiments qui ont coûté la bagatelle de 11,2 milliards de dollars. Le problème est qu’ils contiennent des appartements à vendre et que seuls 32 parmi les 1 300 ont trouvé acquéreurs.